Le gouvernement Harper annonce l’attribution de fonds pour la réalisation d’un projet de restauration des milieux humides au sanctuaire des oiseaux migrateurs Upper Canada.

juillet 27, 2015

INGLESIDE – Guy Lauzon, député de Stormont—Dundas—South Glengarry, a annoncé aujourd’hui, au nom de l’honorable Leona Aglukkaq, ministre de l’Environnement, ministre de l’Agence canadienne de développement économique du Nord et ministre du Conseil de l’Arctique, que le gouvernement du Canada allouera 100 000 $ à la réalisation d’un nouveau projet au sanctuaire des oiseaux migrateurs Upper Canada.

Le gouvernement finance ce projet et d’autres projets similaires à l’échelle du pays par l’intermédiaire du Fonds national de conservation des milieux humides, qui comprend un budget de 50 millions de dollars destiné à l’atteinte des objectifs du Plan de conservation national, annoncé par le premier ministre Stephen Harper en mai 2014.

Les montants alloués par l’intermédiaire du Fonds seront consacrés à des projets qui ont les objectifs suivants :

  • restaurer des milieux humides dégradés ou disparus;
  • améliorer des milieux humides dégradés;
  • cibler les régions prioritaires sur le plan de la restauration et surveiller les effets de ces mesures au moyen d’évaluations scientifiques;
  • favoriser l’intendance et l’appréciation des milieux humides afin de rallier l’appui de divers partenaires aux fins de futures activités de conservation et de restauration des milieux humides.

Le premier appel de propositions, lancé en juillet 20014 dans le cadre de ce programme, a suscité beaucoup d’intérêt. Au total, 47 projets ont été financés à l’échelle du Canada, ce qui se traduit par un investissement de 7,2 millions de dollars réparti sur trois ans. Au cours de l’exercice 2015‑2016, le Fonds national de conservation des milieux humides permettra de verser plus de 13 millions de dollars, qui seront répartis sur les trois prochaines années à plus de 80 projets partout au Canada.

Faits en bref

  • Le financement de 100 000 $ pour le projet de promenade s’ajoute aux 45 000 $ que verseront, comme il a été annoncé plus tôt cette année, le gouvernement du Canada et la Coalition nationale sur les sentiers.
  • Le Plan de conservation nationalvise à poursuivre, à amplifier et à coordonner les mesures de conservation prises à l’échelle du pays, principalement en permettant à la population canadienne de préserver et de restaurer les terres et les plans d’eau, tout en facilitant le rapprochement des citadins de la nature.
  • Le gouvernement du Canada alloue 252 millions de dollars au Plan de conservation national afin, notamment, de conserver le patrimoine naturel du Canada, de restaurer les écosystèmes dégradés et de rapprocher les Canadiens de la nature.
  • Le Canada compte environ 1,5 million de kilomètres carrés de milieux humides, ce qui représente approximativement 16 % de sa superficie, et à peu près un quart des milieux humides restants dans le monde.
  • Les milieux humides du Canada représentent un habitat faunique ou un habitat d’alimentation pour plus de 200 espèces d’oiseaux et de 50 espèces de mammifères.
  • Les milieux humides du Canada présentent d’énormes avantages du fait qu’ils offrent une protection contre les inondations, améliorent la qualité de l’eau et l’approvisionnement en eau, limitent l’érosion et permettent la pratique d’une foule de loisirs. Ils génèrent ainsi des milliards de dollars en retombées économiques pour la population canadienne chaque année.

Citations

« Je suis très heureux d’annoncer un soutien supplémentaire à ce merveilleux projet. Le projet de construction d’une promenade et les parcs du Saint-Laurent en général constituent de réels atouts sur les plans environnementaux et économiques. Cet investissement favorisera l’accès et la durabilité pour les années à venir. »

– Guy Lauzon, député, Stormont—Dundas—South Glengarry

« Nous sommes très heureux de recevoir ces fonds considérables du gouvernement du Canada pour l’installation de promenades dans le sanctuaire des oiseaux migratoires Upper Canada. Cet investissement nous permettra d’amorcer la deuxième phase du projet, qui comprend la deuxième partie du sentier Red Wing. Il nous permettra également d’entamer l’élaboration de la troisième phase pour le sentier Blue Heron. Il s’agit d’un important projet qui assurera la sécurité et l’accessibilité de nos sentiers d’interprétation de la nature pour les milliers de personnes qui nous visitent chaque année. »

– Lou Seiler, gestionnaire des parcs et des installations récréatives, Commission des parcs du Saint-Laurent

Document d’information

Description du projet de reconstruction des promenades sur le site du sanctuaire des oiseaux migrateurs Upper Canada

Le sanctuaire des oiseaux migrateurs Upper Canada compte plus de 8 km de sentiers d’agrément auto‑interprétés, qui permettent aux visiteurs d’admirer de près la nature et d’observer d’innombrables espèces d’oiseaux et d’animaux sauvages dans leur habitat naturel.

Grâce au financement de 100 000 $ du Fonds national de conservation des milieux humides, la Commission des parcs du Saint‑Laurent et les Amis du sanctuaire pourront amorcer la deuxième phase du projet, qui comprend la deuxième partie du sentier Red Wing du sanctuaire des oiseaux migrateurs Upper Canada.

Le sentier Red Wing est l’un des plus achalandés du réseau de 8 km de sentiers d’agrément situés sur le site du sanctuaire. Dans le cadre de ce projet de réaménagement, une section d’environ 388 pieds de ce sentier sera réaménagée afin qu’il ait, conformément à la norme moderne, une largeur de 6 pieds et pour faciliter l’accès des visiteurs au sanctuaire. Le sentier Blue Heron comporte deux sections, de 370 pieds et de 820 pieds respectivement.

La Commission des parcs du Saint‑Laurent et les Amis du sanctuaire ne cessent de déployer des efforts pour recueillir les fonds supplémentaires nécessaires aux projets, notamment la reconstruction des promenades restantes et la remise en état de la partie continentale du sentier Héron.

Les personnes qui souhaitent appuyer ces importants projets peuvent faire un don dans le cadre de la campagne de financement « Get on Board » menée par les Amis du sanctuaire. Pour en savoir davantage, visitez le site Web du sanctuaire à l’adresse www.FriendsoftheSanctuary.org.

Fonds national de conservation des milieux humides

Au Canada, les milieux humides représentent un habitat faunique ou un habitat d’alimentation pour plus de 200 espèces d’oiseaux et de 50 espèces de mammifères. Comme ils abritent des milliers d’espèces animales et végétales dans le monde, les milieux humides se classent deuxièmes en importance, après les forêts tropicales, pour leur biodiversité.

Les milieux humides du Canada offrent également d’énormes avantages à la population en limitant les inondations et l’érosion, en améliorant la qualité de l’eau, en alimentant les cours d’eau, en réapprovisionnant les réserves d’eau souterraine et en permettant la pratique d’une foule de loisirs. Chaque année, ils génèrent des milliards de dollars en retombées économiques pour la population canadienne.

Dans le cadre du Plan de conservation national du gouvernement du Canada, qui a pour objectif de conserver et de restaurer les terres et les plans d’eau du pays ainsi que de rapprocher les familles canadiennes de la nature, le Fonds national de conservation des milieux humides a été créé et doté de 50 millions de dollars. Ce fonds servira à partager les dépenses de projets réalisés sur le terrain en vue de restaurer des milieux humides dégradés ou disparus, d’améliorer des milieux humides dégradés, d’aider à déterminer les régions prioritaires sur le plan de la restauration et de suivre les effets de ces mesures au moyen d’évaluations scientifiques.

L’administration du Fonds sera assurée par Environnement Canada au cours d’une période de cinq ans, qui a débuté en 2014-2015.

Priorités de financement attribuées aux projets

La restauration et l’amélioration des biens et services écologiques dans les milieux humides qui ont subi une importante dégradation, où le débit continue d’être élevé ou où le risque de disparition est élevé, ou qui sont disparus.

La restauration et l’amélioration des milieux humides dans les régions ciblées selon les processus de planification des priorités existants, notamment : les milieux humides d’importance provinciale; les habitats clés dans des régions de conservation des oiseaux; les régions prioritaires énoncées dans les plans de mise en œuvre de plans mixtes des habitats, ainsi que celles ciblées selon les objectifs du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine; les régions des habitats essentiels qui sont candidates, qui font l’objet d’une proposition ou qui sont retenues en vertu de la Loi sur les espèces en péril; et les bassins versants visés par des plans d’aménagement.

Les activités scientifiques aux fins de la conservation des milieux humides par l’amélioration de l’inventaire et la surveillance de ces milieux ainsi que la compréhension des biens et services écologiques qu’apportent les milieux humides.

Exigences du programme

Parmi les bénéficiaires admissibles au Fonds figurent notamment les organisations et communautés autochtones, les organisations non gouvernementales, les particuliers, les universités, les autorités en matière de conservation, les sociétés privées et les sociétés d’État provinciales, ainsi que les administrations provinciales, territoriales et municipales.

Les activités de restauration et d’amélioration doivent se dérouler au Canada sur des terres privées, des terres publiques municipales ou provinciales, ou des terres autochtones.

Les promoteurs de projets doivent faire appel à des partenaires financiers et démontrer leur capacité à égaler le financement fédéral, selon un ratio 1:1, grâce à des fonds provenant de sources non gouvernementales (c’est-à-dire le secteur privé, des organismes de conservation, des fonds municipaux, régionaux, provinciaux ou territoriaux; ce soutien peut être sous forme d’argent ou en nature).

Le programme privilégie les projets de moyenne envergure bénéficiant de contributions du gouvernement fédéral de l’ordre de 50 000 à 250 000 $. Il donne droit à une contribution fédérale maximale de 500 000 $ par année par projet par l’intermédiaire du Fonds national de conservation des milieux humides. Les projets pluriannuels (d’une durée maximale de trois ans) sont admissibles.

Plan de conservation national

En mai 2014, le premier ministre Harper a lancé le Plan de conservation national doté d’un budget de 252 millions de dollars. Ce plan vise à poursuivre, à amplifier et à coordonner les mesures de conservation prises à l’échelle du pays, principalement en permettant aux Canadiens de conserver et de restaurer les terres et les plans d’eau dans leur collectivité et ses environs, tout en facilitant le rapprochement des citadins de la nature.

Pour obtenir de plus amples renseignements à propos du Plan de conservation national, cliquer ici.

Des renseignements sur le Fonds national de conservation des milieux humides se trouvent ici.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les milieux humides, cliquer ici.